Accueil du site > S’investir dans la Solidarité internationale > Comprendre Les enjeux de la solidarité internationale

Comprendre Les enjeux de la solidarité internationale

mercredi 15 septembre 2010, par Gilbert Guéné

La mondialisation a accru, depuis plusieurs décennies, l’interdépendance entre les pays. Si la mondialisation de l’économie a permis à beaucoup de nations de se développer, celle-ci s’est aussi faite au détriment des pays les plus pauvres et a laissé une part importante de la population, y compris dans les pays émergents ou fortement industrialisés, dans le plus grand désarroi. C’est aussi l’avenir de l’humanité qui est en question quand notre type de développement va jusqu’à bouleverser les grands équilibres écologiques de la planète. Face à ces défis où la gouvernance mondiale est un facteur essentiel, les formes de solidarités internationales et de coopérations telles qu’elles se développent aujourd’hui à l’échelle du monde prennent une importance particulière.

A l’occasion des grandes conférences des Nations Unies qui ont ponctué ces 20 dernières années, telles qu’à Rio (développement et environnement), à Copenhague (développement social), à Vienne (Droits de l’Homme), à Pékin (place des femmes), au Caire (population), à Istanbul (l’habitat et les villes), à Durban (racisme), à Kyoto (climat), à Johannesburg (lutte contre la pauvreté)... de nouveaux acteurs se sont affirmés comme les associations (celle dont le statut d’ONG était reconnu) et les collectivités territoriales.

Texte extrait de l’annuaire des acteurs de la coopération décentralisée et de la solidarité internationale en Limousin (Edition 2009) Article publié le 25 mars 2008

- Le CRID : Dans leur cahier de la Solidarité d’octobre 2002 Le CRID (Centre de Recherche et D’information pour le Développement) et Ingénieurs sans Frontières ont analysé les nouveaux enjeux et les nouveaux acteurs de la Solidarité Internationale

PDF - 181.2 ko
Nouveaux enjeux, nouveaux acteurs

-  ABCIS donne un éclairage synthétique des Enjeux actuels

- Objectifs du Millénaire pour le développement

En septembre 2000 lors du Sommet du Millénaire des Nations Unies 189 états se sont fixés 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) Dix ans plus tard, nous constatons que la lutte contre les inégalités est loin d’être terminée : 2 milliards de personnes vivent encore avec moins de 2 $ par jour (1,35 €). La décennie écoulée a vu des milliards de personnes vivre dans la plus grande misère, en totale violation de leurs droits fondamentaux. Ce ne sont pas les ressources qui font défaut mais la volonté politique

Voici les 8 objectifs du Millénaire pour le Développement

  • Objectif 1 Réduire l’extrême pauvreté et la faim
  • Objectif 2 : Assurer l’éducation primaire pour tous
  • Objectif 3 : Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
  • Objectif 4 : Réduire la mortalité infantile
  • Objectif 5 : Améliorer la santé maternelle
  • Objectif 6 : Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies
  • Objectif 7 : Préserver l’environnement
  • Objectif 8 : Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

A seulement cinq ans de l’échéance de 2015 fixée pour la réalisation des 8 objectifs du Millénaire pour le Développement, le Secrétaire général de ONU, M. Ban Ki-moon, a demandé aux dirigeants du monde de se réunir en sommet à New York du 20 au 22 septembre 2010 afin de permettre une accélération des progrès en vue de la réalisation des OMD

- Le site du gouvernement détaille la politique française et européenne pour le développement

La coopération française suit quatre axes majeurs :

  • Soutenir les pays pauvres en renforçant le ciblage de son action et en adaptant ses modalités selon des partenariats différenciés ;
  • Coopérer avec les pays émergents, du Brésil à la Chine, en veillant au positionnement des intérêts économiques et stratégiques français ;
  • Participer au financement de l’action européenne et multilatérale au service d’une meilleure prise en charge des enjeux globaux ;

Aider les pays touchés par les crises, que celles-ci résultent de catastrophes naturelles ou de conflits politico-militaires. L’axe « aide aux pays pauvres » a pour ambition de contribuer à :

  •  L’atteinte des Objectifs mondiaux du Millénaire pour le Développement (OMD),
  •  L’amélioration de la gouvernance démocratique des pays bénéficiaires de l’aide,
  •  La mobilisation de la coopération culturelle, universitaire et scientifique, contribuant à l’essor de leurs capacités humaines et sociales.

- Dans le cadre de la réforme du dispositif français d’Aide Publique au Développement (APD), le Comité Interministériel de la Coopération Internationale et du Développement (CICID) du 5 juin 2009 a identifié cinq priorités sectorielles dans le domaine des OMD :

  •  Santé,
  •  Éducation et de formation professionnelle,
  •  Agriculture et sécurité alimentaire,
  •  Développement durable et climat,
  •  Soutien à la croissance à l’échelle planétaire.

- Une Pétition au président français

La coalition Action Mondiale Contre la Pauvreté France regroupant près de 40 organisations et collectifs de solidarité internationale, syndicats, associations de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, a lancé une pétition pour demander au Président de la République de tenir les engagements de la France afin d’obtenir en particulier que :

  • L’Aide Publique au Développement (APD) française fasse l’objet d’un engagement budgétaire pluriannuel ferme afin de concrétiser les engagements européens et internationaux pour atteindre les 0,7% du Revenu national brut en 2015. De plus, la France doit accorder aux pays pauvres en priorité des subventions et non des prêts, en particulier pour ce qui concerne l’appui aux secteurs sociaux.
    • La France et l’Europe appuient un mécanisme de redistribution des richesses sous la forme de taxes sur les transactions financières afin de dégager des ressources additionnelles pour la réalisation des OMD.
    • La France signe et ratifie le protocole facultatif au Pacte International relatif aux Droits Economiques Sociaux et Culturels qui permettra aux populations d’exiger au niveau international la mise en œuvre effective de leurs droits.