Accueil du site > Associations > Les Amis du Musée et du conservatoire botanique de Saponé > LA CHARTE DU MANDE en mooré par Patrice Kouraogo

LA CHARTE DU MANDE en mooré par Patrice Kouraogo

mardi 21 novembre 2017, par Les Amis du Musée et du conservatoire botanique de Saponé

La langue parlée par les habitants de la commune de Saponé qui sont pour la plupart des Mossis est le mooré​.

Patrice Kouraogo vit et travaille à Ouagadougou.

Il est sociologue, chercheur au CNRST et conseiller spécial du Président du Faso chargé de la Culture et du Tourisme.

Nous avons fait sa connaissance lors de la Fête des langues du monde en 2009 où il était intervenu pour présenter les langues et les cultures d’Afrique noire, il était alors en stage d’étude au CRBC de Brest.

Nous lui avons demandé de nous proposer une traduction en mooré de la CHARTE DU MANDE.

La charte du Mandé date de 1236, elle pose les valeurs fondatrices de l’Empire du Mali par Sunjata Keyita. Ces valeurs sont l’entente, la concorde, l’amour, la liberté et la fraternité.

Cette Charte abolit l’esclavage dans l’Empire du Mali et invite les autres nations du monde à rejoindre son combat contre la discrimination ethnique ou raciale (d’où son titre « Injonction au 12 parties du Monde »).

JPEG - 629.5 ko

20 Novembre 2017 : les responsables de l’association des amis du musée et du conservatoire botanique de Saponé accueillent au café au coin d’la rue de St Malo Patrice Kouraogo de passage à Brest.


INJONCTION AU MONDE

Toute vie est une vie

Bien qu’une vie existe

Avant une autre vie,

Une vie n’est pas plus ancienne

Ni plus digne

Qu’une autre vie.

Extrait de la Charte du Kurukanfuga (article un)


Voici le texte intégral de la « charte du manden » dans sa version originale en bamanan

Manden Kalikan

Manden sigila bèèn ni kanu le kan, ani hooronnya ni bandenya.

O koro le ko siyawoloma tè Manden tukun.

Aan ka kèlè koro do filè nin di.

O la sa, Sanènè ni Kontron dennu bè na u kanbo dunya fan-tan-ni-naani ma, Manden bèè ladèlen toko la.

1-Donsolu ko :

Ko nin bèè nin ; Ko tonya kòni do ko nin bè bò fònyò na nin nya, Ko nga nin man kòrò ni nin di, Ko nin man fisa ni nin di.

2. Donsolu ko :

Nin bèè nin, nin tooro sara bali tè.

O la sa, Ko moko shi ka na bila i sigi nyokon na Ko moko ka na i moko nyokon nin ma tooro Ko moko ka na i moko nyokon ladyaaba.

3. Donsolu ko :

Ko bèè k’i dyanto i moko nyokonnu na Ko bèè k’i bangebagalu bato Ko bèè k’i dennu lamo a nya ma Ko bèè k’i la lumokolu ladon

4. Donsolu ko :

Ko bèè k’i dyanto i faso la ; Ko n’i noo a me ko faso, n’o ye dyamani di Ko mokolu ko don Ko ni moko banna dyamani wo dugu-kolo yèrè bè nyannafin.

5. Donsolu ko :

Ko gongo ma nyi Ko dyonnya ma nyi Ko gongo ni dyonnya nyokon ko dyugu tè, Dunya-so yan. Ko ka ton ni kala to annu bolo. Kon gongo tè moko faka tukun, Manden, Ni dyaa kèra na-fèn di ; Ko kèlè tè dugu ti tukun, Manden, Ka a dyon bo ; Ko nèkè tè din moko da ro tukun, Manden Ka waa a feere ; Ko moko tè bugo tukun, Manden, Sanko k’a faka, K’i ye dyon-den di.

6. Donsolu ko :

Ko dyonnya shi lasala bi, Manden dènèn n’a dènèn ; Ko binkanni dabilala bi, Manden, Ko nyani dyugu banna bi, Manden. Kongo ma nyi, Malo tè gongoto la ; Nyani ma nyi, Dyo-yoro tè nyanibagato la ; Danbe tè dyon na Dunya yoro shi.

7. Folo mokolu ko :

Ko moko-nin-fin yèrè-kun, A kolo n’a buu A sèmèn n’a fasa, A galo n’a fari kan shi, Ko olu bè balo suman ni dyi le la ; Sako na moko ye, Sako na kuma fo, Ani sako na ko kè ; Ko ni nin fèn saba do ye nin madyè, Ko nin bi tooro, Ko nin bi tyoolo.

O la sa, donsolu ko :

Ko bèè wasa b’i yèrè ro, N’a ma kè i faso tana tinya di ; Ko bèè ta ye i sorofen di.

Manden kali-kan filè di, Ka a da dunya ladèleb tolo kan.


Et sa traduction en français par Youssouf Tata Cissé et Jean Louis Sagot-Duvaroux.

Le mandé fut fondé sur l’entente et la concorde, l’amour, la liberté et la fraternité.

Cela signifie qu’il ne saurait y avoir de discrimination ethnique ni raciale au Mandé.

Tel fut l’un des buts de notre combat.

Par conséquent, les enfants de Sanènè et Kontron font, à l’adresse des douze parties du monde, et au nom du Mandé tout entier, la proclamation suivante :

1. Les enfants de Sanènè et Kontron déclarent :

Toute vie est une vie Bien qu’une vie existe Avant une autre vie, Une vie n’est pas plus ancienne Ni plus digne Qu’une autre vie.

2. Les enfants de Sanènè et Kontron déclarent :

Toute vie étant une vie, tout tort causé par une vie exige réparation.

Par conséquent, que nul ne s’en prenne gratuitement à son voisin, que nul ne cause du tort à son prochain, que nul ne martyrise son semblable.

3. Les enfants de Sanènè et Kontron déclarent :

que chacun veille sur son prochain, que chacun vénère ses géniteurs, que chacun éduque ses enfants, que chacun pourvoie aux besoins des membres de sa famille.

4. Les enfants de Sanènè et Kontron déclarent :

Que chacun veille sur la terre de ses pères. Par patrie, pays, ou terre des pères, il faut entendre aussi et surtout les hommes : car tous pays, toute terre qui verrait les hommes disparaître de sa surface connaîtrait le déclin et la désolation.

5. Les enfants de Sanènè et Kontron déclarent :

la faim n’est pas une bonne chose, l’esclavage n’est pas non plus une bonne chose ; il n’y a pas pire que ces choses là, dans ce bas monde. Tant que nous disposerons du carquois et de l’arc, la famine ne tuera personne dans le Mandé, si d’aventure la famine survient ; la guerre ne détruira plus jamais de village pour y prélever des esclaves ; c’est dire que nul ne placera désormais le mors dans la bouche de son semblable pour aller le vendre ; personne ne sera non plus battu au Mandé, a fortiori mis à mort, parce qu’il est fils d’esclave.

6. Les enfants de Sanènè et Kontron déclarent :

l’essence de l’esclavage est éteinte ce jour, « d’un mur à l’autre », d’une frontière à l’autre du Mandé ; les razzias sont bannies à compter de ce jour au Mandé, les tourments nés de ces horreurs disparaîtront à partir de ce jour au Mandé. Quelle horreur que la famine ! Un affamé ignore toute pudeur, toute retenue. Quelle souffrance épouvantable pour l’esclave et l’affamé, Surtout lorsqu’ils ne disposent d’aucun recours. L’esclave est dépouillé de sa dignité partout dans le monde.

7. Les gens d’autrefois nous disent :

« l’homme en tant qu’individu fait d’os et de chair,de moelle et de nerfs, de peau recouverte de poils et de cheveux se nourrit d’aliments et de boissons ; mais son « âme », son esprit vit de trois choses : voir ce qu’il a envie de voir, dire ce qu’il a envie de dire, et faire ce qu’il a envie de faire. Si une seule de ces choses venait à manquer à l’âme, Elle en souffrirait, et s’étiolerait sûrement »

En conséquence, les enfants de Sanènè et Kontron déclarent :

chacun dispose désormais de sa personne, chacun est libre de ses actes, dans le respect des « interdits », des lois de sa Patrie.

Tel est le Serment du Mandé A l’adresse des oreilles du monde tout entier.

Traduit en français par YOUSSOUF TATA CISSE et JEAN-LOUIS SAGOT-DUVAROUX


VOICI LA TRADUCTION EN MOORE PROPOSEE PAR PATRICE KOURAOGO

Mand rãmb yυυr yĩnga N na gom ne dũniyã wee-vιιsa pig la yiib rãmb

Pipi koεga : Vιιm bũud fãn yaa Vιιm

Yãng ne Kasm Vιιm Bedr ne biilif Vιιm Vιιm ka yiid Vιιm yee

Koεga yiiben soaba : koongr fan yaodame

fo sãn wεg yυυre : rẽnda fo yao fo sãn wεgf yaka ti bυυm kay, fo sãn wεgf to ti bυυm kay, fo sãn nãnsef to, rẽnda yaobo !

Koεga tãnben soaba : sõng-taaba na-kẽndre.

Ni-saalba, sõngdi taaba Kaamba, waogẽn neb-nins sẽn doogb yãmba rodga-ba, gυυli neb-nins yãmb sẽn yaab Ba- rãmba, neb-nins yãmb sẽn yaab ma- rãmba, yãmb fãan, gãdẽn taaba

Koεga naasẽn soaba : guundi tẽnga

nẽd fãan tog n guesa a ba-rãmb zak-yelle, d tẽnga yaa boẽ ? tõnda ni-saalba sẽn pidsda wa, bala ni-saalb sẽn pidsd tẽng sãn ka bee, tẽng kõng bee yiir pogẽn .

Koεga nu soaba zab ne kom la yembdo :

yel-beeda yiib n be dũni kãanga

kom ka bυ- sõng yee yembd me ka bυ- sõng yee

tõnd nus sãn yaa kã-kaε kom kõ li kυ ned mand yee, ba ti kom wa yãn, zabre kõ ne soog mand tẽnsa yee a kõ le ning ni-saalba yembde yee. Nẽd ba ye, kõ le ninga a to nor sãlbre yee Nẽd ba ye, kõ le koosa a to yee, Yamb ba ye big kõ le paam paogr, panbre bi kuum yee

Koεga yoob soaba : rẽndame ti zab-taasma sa.

Yembd sιιg yaa zabre A kii fãn sagsa posẽn Zεb me ki fãn Yembd-yongb me ki fãn

Ha ! Wõrbo ! A nameesda ka-pãng soaba. A nameesda yamba. Yãnd me namesda yamba.

Koεga yopoε soaba : Nẽd fãan taara soorn togs, n maane, n guesa a sẽn data.

Ni-saal yaa ying la koaba, sιιlem, guiinla ; a riitame la yuunda. La a sιιga yaa tãanbo. A tãanba yaa buse ? Paam n guesa a sẽn dat n guese Paam n togsa a sẽn dat n togse Paam n maana a sẽn dat n maane A yembr sã n yãnk a tãnba sυka, Ni-saal sιιga namesdame, a melemdame.

Mand rãmb yυυr yĩnga N na gom ne dũniyã wee-vιιsa pig la yiib rãmb,

NI-saal fãan yaa mẽng soolem, A sãn tuuda tẽnga na-kẽndse

D fãan, mand kãnbgo