Accueil du site > Associations > Les Amis du Musée et du conservatoire botanique de Saponé > Défense de cracher par terre et de parler mooré

Défense de cracher par terre et de parler mooré

mercredi 11 octobre 2017, par Les Amis du Musée et du conservatoire botanique de Saponé

PNG - 73 ko

MERCI AUX EDITIONS VENTS D’AILLEURS

ET A SAYOUBA TRAORE

POUR CETTE DERNIERE NOUVELLE DE LA FRANCAFRIQUE

JPEG - 96.9 ko
JPEG - 63.3 ko
JPEG - 125.2 ko
JPEG - 162.2 ko
JPEG - 152 ko
JPEG - 146.2 ko
JPEG - 164.2 ko
JPEG - 164 ko
JPEG - 134.7 ko
JPEG - 107 ko
JPEG - 293.5 ko

Ce texte de Sayouba TRAORE nous renvoie à un autre texte sur le symbole (en breton : on disait "ar vioc’h" - la vache) de Per Jakes Hélias dans le Cheval D’Orgueil paru en 1974 aux éditions PLON collection Terre Humaine :

« Le tout n’est pas d’avoir été puni à l’école pour avoir parlé breton : une seconde punition attendait les enfants coupables de "bretonner", à leur retour à la maison.

Les parents, qui ne savaient pas toujours eux-mêmes le français, considéraient en effet qu’ils faisaient alors "le sacrifice d’envoyer leurs enfants à l’école pour apprendre le français oral ou écrit alors qu’ils en ont souvent besoin à la maison pour garder les vaches ou les frères et sœurs. Le travail des petits est donc de s’appliquer au français. En parlant breton, ils boudent ce travail, ils rechignent à la peine, ils s’amusent. Que mérite quelqu’un qui s’amuse au lieu de travailler, s’il vous plaît ? Une bonne correction, pour lui apprendre à vivre... »

— Pierre-Jakez Hélias, Le cheval d’Orgueil, page 213

Les deux pages de textes en breton concernant le symbole "ar vuoc’h" sont disponibles à la fin de l’article ainsi que la traduction en français.

JPEG - 14.1 ko

Le texte du poème de Paol KEINEG :

Il est défendu de cracher par terre et de parler breton

Muzelloù ha daoulagad gomet

Eskern an dremm tarzhet

Gwadegoù yen er gwazhied

Gwriziennoù ar bizied troc’het

Spern-gwenn goeñvet hon alan

Il est défendu de cracher par terre et de parler breton

Hor pobl ur bugel

Kemmesk ha tamolodet

Oc’h en em gwarediñ gant pleg e ilin

A-enep ar sizailhoù ar gontili kleret

A zidamma hag imbouda

Il est défendu de cracher par terre et de parler breton

Lazhadeg bugale torret

Er beureigoù du

Empennoù nevez livnet ha rabotet

Tog-biñs ar spont war ar genoù o tevel

Bouzelloù gweet skourjezet gant nadozioù ha skilfoù

Il est défendu de cracher par terre et de parler breton

Berzet o deus an hunvre hag ar gwirvoud

Dindan o urzh doñjerus

Lakaet o deus warnomp ur c’houllo divent

Gedal a reomp kuzhet er morfont

Brazezet gant o zorfed diniver

Brazezet gant stourmadenn hor pobl

PAOL KEINEG ( P.J. Oswald, 1971)

Et la traduction en français :

Il est défendu de cracher par terre et de parler Breton

Lèvres et yeux gommés

Os de la face éclatés

Gisements de sang froid dans les veines

Racines des doigts tranchées

Aubépine fanée de notre haleine

Il est défendu de cracher par terre et de parler breton

Notre peuple un enfant

Confus recroquevillé

Qui se protège du bras

Contre les ciseaux les couteaux glacés

Qui découpent et qui greffent

Il est défendu de cracher par terre et de parler breton

Hécatombe d’enfants cassés

Dans les petits matins noirs

Cerveaux neufs limés et rabotés

L’écrou de la peur sur les bouches qui se taisent

Entrailles tordues fouaillées d’aiguilles et de griffes

Il est défendu de cracher par terre et de parler breton

Ils ont interdit le rêve et le réel

Sous leur ordre nauséabond

Ils nous ont imposé un vide immense

Nous guettons enfouis dans la vase

Gros de leur crime innombrable

Gros de l’insurrection de notre peuple

PAOL KEINEG (EDITIONS P.J. Oswald, 1971 )

et aussi un autre poème d’Angèle JACQ

Aet eo ar yezh war he diribin

Aet eo ar c’homzoù kreñv

War hent fall an dispriz

Mouskomzet dre urzh krenn

Aet eo ar vrezhonegerienn

War hentoù fall ha striz...

Rostañ gant ar vezh

O tisplegañ ar yezh !

La langue s’en est allée sur sa pente descendante

Et s’en sont allés les mots puissants

Sur le chemin mauvais du mépris,

Murmurés, par ordre et défense !

Et s’en sont allés les bretonnants

Sur les chemins mauvais,

Etranglés... Rouges de honte

Lorsqu’ils parlaient leur langue !

Angèle JACQ, Ma langue au chat, éditions PALEMON 2003

VOICI D’AUTRES LIVRES DE SAYOUBA TRAORE

PUBLIES PAR LES EDITIONS VENTS D’AILLEURS

PNG - 73 ko
JPEG - 6.9 ko
JPEG - 5.5 ko
JPEG - 5.9 ko
JPEG - 3.3 ko
JPEG - 11.2 ko
JPEG - 6.8 ko
JPEG - 10.6 ko

Voici le texte en breton extrait du livre de Per Jakes HELIAS "Marh al lorh" (Le Cheval d’Orgueil) pages 207 à 210

Traduction en français à la suite . . .

JPEG - 150.2 ko
JPEG - 187.6 ko
JPEG - 189 ko
JPEG - 89.1 ko

Traduction en français

JPEG - 154.5 ko
JPEG - 203.1 ko
JPEG - 206.2 ko
JPEG - 111.4 ko

infos portfolio