Accueil du site > Associations > Electriciens sans Frontières > Electriciens Sans frontières poursuit ses efforts à Haïti malgré l’épidémie de (...)

Electriciens Sans frontières poursuit ses efforts à Haïti malgré l’épidémie de choléra et les cyclones

mercredi 8 décembre 2010, par Electriciens Sans Frontières Iroise

Haïti (actualité du 17 novembre 2010)

Epidémie, cyclone… alors que la population haïtienne affronte de nouvelles épreuves, Electriciens sans frontières demeure à ses côtés pour lui apporter son soutien et participer à l’amélioration de ses conditions de vie et de sécurité.

Initié en août dernier, le programme d’électrification solaire se poursuit dans les camps des communes de Carrefour, Port-au-Prince et Léogâne. Mi novembre une centaine de lampadaires bénéficiaient déjà à la population de plus de 20 camps, soit près de 58 000 bénéficiaires. Lors de leur visite des sites de Jéricho et Jérusalem, à Carrefour, les représentants de la Fondation de France ont exprimé leur satisfaction à l’égard du dispositif mis en place. Satisfaites également, les autorités ont exprimé de nouveaux besoins, notamment dans des camps retirés et sans accès routier. Notre équipe terrain a donc poursuivi ses visites de repérage et d’évaluation (par exemple au camp de La voix des sans voix, fait de maisonnettes en bois) des besoins en éclairage de nuit. Pour les camps qui pourraient être conduits à disparaître, des solutions techniques ont été prévues pour permettre le démontage et la réaffectation des lampadaires.

Pour réussir dans leur mission, nos bénévoles collaborent étroitement avec 3 entreprises locales spécialisées. Partage d’expériences et transfert de connaissances participent grandement à la réussite du programme. Ils permettent d’identifier et de résoudre les éventuelles difficultés techniques. Sur le terrain les équipes Electriciens sans frontières suivent minutieusement le montage des lampadaires par nos partenaires locaux, et s’assurent du bon fonctionnement des équipements. Les quelques anomalies constatées (défaut de charge, durées d’éclairement non optimales) sur certains lampadaires sont en cours d’analyse. Dans le cadre du projet d’électrification solaire, les bénévoles d’Electriciens sans Frontières sur le terrain ont eu à surmonter des difficultés administratives conséquentes. Durant neuf semaines, ils ont dû multiplier les démarches, les courriers et les visites aux autorités locales pour obtenir le dédouanement de trois containers de matériel, retenus depuis le début du mois de septembre dans la zone portuaire de Port au Prince. Pour y parvenir, ils ont notamment pu compter sur le soutien de l’ambassade de France en Haïti et sur l’appui des équipes de MSF France.

En complément du programme consacré à l’installation de lampadaires photovoltaïques, notre équipe terrain a poursuivi la distribution de lampes solaires portables dans les camps. Sur un stock total de 4 000, environ 3 000 avaient été distribuées à mi-novembre, dont une soixantaine à l’OXFAM, une cinquantaine à l’American Refugee Committee, ou encore une centaine à l’OIM, pour les équipes de sécurité des camps dont ces organismes ont la charge. Très intéressée par ce type d’opération, l’OIM a pris une option sur plusieurs centaines de lampes supplémentaires. Outre ces distributions ciblées à la demande d’organismes internationaux ou d’ONG, la grande majorité des lampes a été distribuée aux comités de gestions locaux des camps de réfugiés, pour leurs équipes de sécurité, à des maternités, des écoles.

En parallèle, de nombreuses actions ont été menées à bien par nos bénévoles à la demande des autorités ou des ONG présentes en Haïti : finalisation et mise en service des installations électriques de l’hôpital construit par MSF Suisse à Léogane, éclairage des salles de l’école Martin Luther King à Pétionville, en partenariat avec la gendarmerie, collaboration avec Handicap International pour l’électrification d’un atelier à Petit Goave, sécurisation de l’installation électrique de l’école des sœurs Saint Vincent de Paul, dans le camp Delmas 31,...

Malgré des difficultés et contre-temps de tous ordres, malgré l’ouragan qui s’est abattu sur Port au Prince le 24 septembre et a détruit le camp de base d’Electriciens sans frontières (…mais auquel ont bien résisté tous nos lampadaires !), nos équipes ont su garder leur enthousiasme et toute leur efficacité. De nombreux bénévoles n’ont cessé de se relayer sur le terrain, et la pérennité de nos interventions et le suivi de nos contacts sont aujourd’hui renforcés par la présence sur place, pour plusieurs mois, de Marc. Le reportage vidéo réalisé par Jean Baptiste témoigne, mieux que tout compte rendu, de leur action auprès des plus déshérités.

Face à une recrudescence d’actions plus ou moins violentes visant les organisations non gouvernementales, l’équipe d’Electriciens sans frontières veille à respecter scrupuleusement les consignes de sécurité établies par les autorités locales et la gendarmerie afin de garantir sa sureté ainsi que celle de ses chauffeurs. Elle est également très vigilante à la progression du choléra dans le pays. Une campagne de communication sur les mesures à prendre pour se protéger de la maladie est d’ailleurs massivement diffusée sur les radios et dans les camps afin de répondre aux inquiétudes grandissantes de la population haïtienne.

1 Message