Accueil du site > Associations > CCFD - Terre Solidaire : Comité Catholique contre la Faim et pour le (...) > Une actualité tristement chargée en Palestine/Israël

Une actualité tristement chargée en Palestine/Israël

vendredi 12 juin 2015, par CCFD - Terre Solidaire 29

Une chronique du 11 mai 2015 qui a été oubliée et est malheureusement toujours d’actualité...

Alors que Benyamin Netanyahou vient de constituer avec peine son gouvernement, après son élection à la tête d’Israël le 17 mars dernier, l’actualité concernant Palestine/Israël est tristement chargée ces derniers jours.

Tout d’abord, l’O.N.G. israélienne « Breaking The Silence » a publié lundi dernier 4 mai des témoignages glaçants de soldats engagés dans l’opération « Bordure Protectrice » menée en juillet et août 2014. L’ensemble de 60 témoignages montre à quel point les règles d’engagement de l’armée israélienne ont été hors des normes de la protection des populations civiles. Il s’agissait, selon les ordres, de tirer où bon semblait aux soldats des chars, en faisant le plus de dégâts possibles. « Breaking The Silence » demande une enquête complète et approfondie sur les événements qui se sont déroulés à Gaza au cours de l’été 2014 lors de l’opération « Bordure Protectrice ». L’association demande que cette enquête soit menée par un organe extérieur et indépendant habilité à enquêter sur les responsables politiques et militaires qui ont élaboré et soutenu ces politiques, et non seulement sur les soldats israéliens qui les ont appliquées.

Le C.C.F.D.-Terre Solidaire publie un autre témoignage, celui de Majeda al Saqqa, responsable de programmes de l’O.N.G. « Culture et Pensée Libre » dans le sud de la Bande de Gaza, à Khan Younis. Lors de son passage à Paris le mois dernier, dans une interview, elle raconte les conséquences de la guerre sur les activités de l’association et témoigne de la situation à Gaza, presque un an après la guerre. Toute activité de développement, en particulier auprès des enfants et des jeunes, est actuellement gelée en raison des destructions et du blocus.

Par ailleurs, le C.C.F.D.-Terre Solidaire, avec d’autres organismes comme la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, l’Association France Palestine Solidarité, La Ligue des Droits de l’Homme, l’Union Syndicale Solidaire et l’association palestinienne des Droits de l’Homme El Haq, ont publié mercredi dernier un rapport intitulé : « Les liaisons dangereuse d’Orange dans le territoire palestinien occupé ». Ce rapport démontre que la relation d’affaires d’Orange avec la société israélienne de télécommunication Partner participe indirectement au maintien et au renforcement des colonies israéliennes situées en Palestine, ces colonies étant considérées comme illégales par la communauté internationale – y compris, et surtout, par la France-. Au regard de sa responsabilité de respecter les droits humains et conformément aux principes directeurs de l’OCDE et des Nations Unies, les auteurs du rapport estiment qu’Orange doit mettre un terme à sa relation d’affaires avec Partner. Le rapport porte sur plusieurs recommandations adressées à Orange et à l’Etat français. En tant que principal actionnaire minoritaire du groupe Orange (25,05% du capital) et au regard de ses obligations internationales en matière de droits humains, le gouvernement français doit prendre toutes les mesures nécessaires pour veiller à ce que Orange reconsidère sa relation d’affaires avec Partner et mette fin à toutes activités l’impliquant dans des violations des droits humains et du droit international.

Enfin, ce rapport s’inscrit dans la campagne « Made in Illegality », qui appelle les gouvernements européens à mettre un terme aux relations économiques avec les colonies israéliennes, afin d’exhorter le gouvernement israélien à cesser la colonisation en Palestine, et pour établir les bases pour une paix durable dans la région.

Pour plus d’informations, on peut donc taper sur internet les 3 titres suivants : « Breaking The Silence », « Les liaisons dangereuse d’Orange dans le territoire palestinien occupé », et « Made in Illegality ». Une manière de s’informer déjà ! Et, ensuite, d’agir !