Accueil du site > Associations > CCFD - Terre Solidaire : Comité Catholique contre la Faim et pour le (...) > Chronique Terre Solidaire

Chronique Terre Solidaire

jeudi 16 janvier 2014, par CCFD - Terre Solidaire 29

L’injuste exploitation du pétrole en République Démocratique du Congo (Perenco)

Depuis plus de 30 ans, en République Démocratique du Congo (RDC), le pétrole est exploité dans les sous-sols du territoire de Muanda, région de Boma, près de l’Atlantique. Loin de constituer une manne pour le développement socio-économique de la zone, l’extraction pétrolière génère des impacts importants : pollution des eaux, de l’air, des sols, destruction des cultures vivrières, raréfaction des ressources en poissons. Ces impacts ne sont pas une fatalité, mais le fruit du manque de mesures préventives, tant de l’État que de l’entreprise exploitante, la société franco-britannique Perenco. Ainsi, les impacts cumulés de la pollution (déversements et fuites de brut, brûlage des gaz associés, mauvais traitement des déchets) portent atteinte aux droits des populations, notamment en terme de droit à la santé, à l’alimentation et aux moyens de subsistance.

De surcroît, les bénéfices de cette activité échappent aux populations locales, en termes d’emplois et de revenus fiscaux. L’opacité de l’entreprise, qui a des liens aux Bahamas, rend difficile une imposition juste. Le pétrole engendre également des tensions sociales chez des populations qui se sentent « assiégées » par une entreprise étrangère qui agit sur leur territoire de manière irresponsable. A chaque fois qu’ils ont manifesté leur mécontentement légitime, leur action a fait l’objet d’une répression de la part des autorités locales, plus enclines à défendre les intérêts de l’entreprise que les droits des populations.

De fait cet or noir est un exemple significatif de « mal développement », puisque non encadré et nocif pour les personnes et les lieux où il est exploité. Les raisons de ce drame sont, d’abord un État congolais faible sans législation de protection, une corruption latente et une société exploitante, la Perenco, qui tire profit des faiblesses du droit, en se réfugiant derrière ses filiales et sous-traitants pour ne pas assumer pleinement ses responsabilités sociales et environnementales.

Le cas de l’exploitation du pétrole en R.D.C., comme de toutes richesses dans ces pays en développement, illustre de façon tragique un droit local archaïque incapable de protéger les populations du Sud face aux multinationales qui, multipliant les implantations, y compris dans des territoires opaques, comme les paradis fiscaux, se jouent des frontières et jouissent d’une impunité illimitée.

Pourtant les solutions existent, mais peinent à rencontrer la volonté politique de nos décideurs tant au Sud qu’au Nord. Dans les États d’origine des multinationales, il faut instaurer, par la loi, un devoir de vigilance des sociétés-mères vis-à-vis de leurs filiales agissant à l’étranger : un premier pas vers une véritable responsabilisation des entreprises, les mettant toutes à égalité en termes d’exigences. Ensuite, en R.D.C. par exemple, l’État doit adopter un Code des hydrocarbures ambitieux pour encadrer l’activité d’exploration et d’exploitation pétrolière, et mettre en œuvre une réforme foncière nécessaire qui protège réellement les petits paysans.

Enfin, l’entreprise doit renforcer sa vigilance et sa transparence sur les impacts que son activité industrielle a sur les populations et les territoires locaux, notamment en publiant des études précises et indépendantes sur la pollution qu’elle génère et en communiquant sur les mesures qu’elle prend pour y remédier.

A Muanda, près de Boma en République Démocratique du Congo, comme dans tous les pays où s’exploite la plus grande partie des richesses de cette planète, la question de savoir à qui profitent véritablement ces investissements de multinationales et de grands groupes financiers demeure, hélas, ouverte ! C’est la campagne d’information et d’action que démarre aujourd’hui le C.C.F.D.-Terre Solidaire : « Investissement privé pour le développement : à qui profite cet investissement ? ». En cette année de coupe du monde de football, il est temps de siffler le hors-jeu, pour ces pratiques.

Jean-Michel Lastennet, Billet des 09 et 10 janv 2014. Les billets hebdomadaires de Jean-Michel Lastennet consacrés à la géopolitique du développement, solidarité avec les pays du Sud et de l’Est, sont diffusés sur Radio Rivages, les jeudis à 18h25, rediffusion le vendredi suivant à 07h20. Durée 3 min