Accueil du site > Associations > AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique : Association francophone d’entraide et de (...) > Programme d’Aide aux pêcheurs-plongeurs vietnamiens : mission d’automne du 26 (...)

Programme d’Aide aux pêcheurs-plongeurs vietnamiens : mission d’automne du 26 octobre au 4 novembre 2018

mercredi 28 novembre 2018, par AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique

La mission de dix jours a été conduite par onze personnes :
- 5 intervenants de France, tous moniteurs de plongée ; deux sont des médecins spécialistes (plongée et urgentiste) et moniteurs de secourisme ; un est enseignant Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) et moniteur de secourisme. Les deux autres sont des scientifiques : un ingénieur marine et un agrégé de physique qui proposent des améliorations techniques du matériel utilisé par les pêcheurs (par exemple système de protection des hélices pour éviter la section accidentelle des durites amenant l’air aux plongeurs).
- un médecin vietnamien, spécialiste de plongée, formé à Brest et notre délégué à Hanoi
- 4 plongeurs-secouristes vietnamiens dont deux formateurs et deux formateurs stagiaires.
- un vietnamien responsable technique, logisticien et interprète.

La mission s’est très bien déroulée … avec les adaptations nécessaires pour tenir compte de la réalité du terrain : à Ninh Phuoc (village voisin de Ninh Van où nous avons notre Centre Pilote de Formation à la plongée et au secourisme adapté à la vie en mer) la formation devait concerner 40 pêcheurs, ils étaient 105 ! Explication : depuis la mission de mai 2018 un pêcheur-plongeur (P.-P.) a été sauvé par la RTI (Recompression Thérapeutique par Immersion, que nous enseignons) et du coup tous les P.-P. veulent être formés ... et ils sont 600 dans le village !!

Tous nos objectifs ont été réalisés :

1 - Former à Ninh Phuoc, à la demande des autorités, un nouveau groupe de 40 P.-P du village. "Nous partîmes quarante et par un prompt renfort nous nous vîmes cent cinq en arrivant au port". Formation "classique" si ce n’est le nombre de P.P. : il a été nécessaire d’utiliser la grande salle du comité populaire pour les moments communs puis nous avons fait des petits groupes un peu partout dans le bâtiment pour les parties pratiques du secourisme. La partie "formation en mer" a été plus compliquée et faute de grand bateau seul un petit groupe a pu faire des RTI avec mise à l’eau et récupération du plongeur accidenté « au bout ».

Lors d’un appel à témoignage chez nos participants nous avons constaté qu’environ 15% eux avaient eu un accident de décompression. Tous, comme d’habitude, ont eu des douleurs ostéo-myo-articulaires. Ces témoignages confirment une fois de plus la nécessité des actions de prévention des accidents de plongée et de la formation à la RTI pour prendre en charge immédiatement en mer les accidents de décompression.

La commune de Ninh Phuoc reste demandeuse de formation : elle a mis en place un système de prise en charge des accidentés avec répartition des bouteilles d’oxygène sur plusieurs dispensaires de la côte. Ainsi les familles alertées peuvent venir chercher le KIT de RTI nécessaire et solliciter un plongeur sachant pratiquer la RTI.

Cette formation a été l’occasion de rencontrer le chef de la police maritime du district de Ninh Van : demande officielle de formation et engagement à secourir les P.-P.

Le directeur de la police maritime nous explique que son personnel a été formé à la RTI par nos formateurs de Ninh Van et que les deux Kits seront en permanence sur le bateau de la police maritime dès que celui-ci sera remis à l’eau car il est actuellement en révision. Il nous confirme que les pêcheurs plongeurs se méfient de la police. Celle-ci est chargée de protéger les espaces de la réserve maritime de jour comme de nuit. Elle est donc amenée à sanctionner les pêcheurs plongeurs utilisant des fusils électriques ou des produits chimiques. Il pense toutefois que ses policiers aidés par des plongeurs volontaires sont susceptibles de faire face à des accidents de plongée. Ils pourront y répondre plus efficacement par leur formation faite en commun avec les P.-P.

2 - Effectuer une première formation à Phan Thiet (province de Binh Thuan) sur sollicitation du Service de Santé de la province. Trois services ont collaboré pour nous recevoir. Le Service de Santé de la province a organisé, à notre demande, avant notre arrivée, de nombreuses réunions pour associer le Service des Affaires Maritimes. Le Service de la Police Maritime a été associé pour éviter les interdictions de prendre la mer.

En mer nous avions autour du gros bateau de pêche en plongée sur lequel nous étions avec les pêcheurs plongeurs un bateau de la Police Maritime et deux bateaux des Affaires Maritimes. Les responsables de ces services se sont totalement investis dans les formations.

Notre intervention à Phan Thiet a permis la formation théorique de 47 médecins ou para-médicaux et la formation théorique et en mer de 12 équipages de P.-P., et de personnel des Affaires maritimes.

Le directeur des Affaires maritimes, le responsable Santé et un responsable de la Police maritime assistent à la remise des attestations de formation et considèrent que la formation a été très positive ; ils demandent de nouvelles formations. L’invitation par les autorités à un repas de fin de mission, regroupant l’ensemble des responsables des services, a confirmé le succès de la mission.

Ce que souhaitent ces services pour 2019, c’est une formation au plus près des villages de Pêcheurs-plongeurs. Ils demandent aussi que nous fassions des formations dans plusieurs villages côtiers. Cela exigerait plus de jours de présence ou plusieurs équipes qui se succéderaient. Nous souhaiterions que les médecins que nous avons formés s’impliquent mais cela semble difficile car ils ne sortent pas de leurs services sans autorisation. Nous verrons si les universitaires de Nha Trang pourront prendre le relais.

3 - Former à la plongée et au secourisme, 4 enseignants-chercheurs de l’Université de Nha Trang, Université de la mer.

Trois enseignants (le 4 ème n’a pu se joindre aux groupes) sont venus se former à Ninh Van et à Phan Thiet. Ils n’avaient aucune expérience de la plongée. Nous avons eu la chance de bénéficier d’une petite piscine pour la première journée de formation. Pratique et théorie se sont succédé. La partie théorique s’est déroulée dans une des salles du Comité Populaire. Les vitres de la porte ayant servi de tableau ! La partie en mer (une plongée) a été plus difficile car les conditions étaient mauvaises : aucune visibilité, environnement d’accès difficile. Ils nous ont accompagné sur Phan Thiet et ont bénéficié des formations faites sur place aux médecins et para-médicaux.

Les trois enseignants-chercheurs se sont réellement investis tant dans la formation théorique que pratique. Ils pensent qu’avec une autorisation de leur université puis du ministère de l’éducation, on pourrait faire des statistiques sur les accidents de plongée des cinq dernières années (si cela existe..) et ensuite essayer de mesurer si les accidents diminuent dans les communes où les P.-P. ont été formés. Cette étude ne peut se faire sans de nombreuses autorisations. Ce peut-être un sujet de recherche pour l’université qui pourrait alors proposer au ministère la création d’un diplôme national de « secourisme adapté aux gens de mer » comprenant la prévention et la prise en charge des accidents.

En attendant, deux des enseignants, qui vont plus sur le terrain former et recycler les capitaines et leurs équipages, pensent pouvoir à moyen terme (lorsqu’ils maîtriseront mieux nos formations) enseigner ces techniques sans toutefois délivrer de diplômes.

Pour achever la formation à la plongée scaphandre des enseignants-chercheurs, nous avons convenu qu’ils seraient invités à venir dans notre Centre Pilote de Formation de Ninh Van où nos formateurs vietnamiens se proposent de les former, en attendant une validation de leur formation par des diplômes internationaux.

Le bilan de cette mission est très positif  :

- C’est la première fois que des "Services" : Santé, Affaires maritimes, Police maritime s’impliquent réellement dans notre action de formation. Nous ne pouvons que nous féliciter et les féliciter d’avoir pu mettre en place cette collaboration qui semble indispensable dans l’intérêt des pêcheurs plongeurs.

- La formation à la RTI des cadres plongeurs du service des affaires maritime et du service de la police maritime ne peut qu’être profitable aux P.-P. Ceux-ci sont certainement plus proches des personnes du Service des Affaires maritimes que de la police maritime mais ce travail de formation en commun nous semble une très bonne chose pour une éventuelle collaboration en vue de l’amélioration de l’état de santé des P.-P.

- Nos Formateurs Vietnamiens du Centre de Ninh Van ont été très appréciés et il semble que les autorités n’ont pas remis en cause leurs compétences et leurs aptitudes à former les prochains P.-P.Secouristes.

- La participation active des enseignants-chercheurs de l’université de Nha Trang a pu aussi ouvrir des perspectives intéressantes : l’autonomisation du pays par la mise en place d’un programme d’Aide aux Pêcheurs Plongeurs sur l’ensemble des côtes Vietnamiennes.

Nous envisageons une (ou deux) mission(s) en 2019 en fonction de nos ressources en formateurs ... et de nos possibilités financières. Dans l’intervalle le Centre Pilote de Formation de Ninh Van assurera les bases de la prévention, de la formation à la plongée, au secourisme et à la RTI

infos portfolio