Accueil du site > Associations > AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique : Association francophone d’entraide et de (...) > MISSION « AIDE AUX PÊCHEURS PLONGEURS » A RAMENA (MADAGASCAR)

MISSION « AIDE AUX PÊCHEURS PLONGEURS » A RAMENA (MADAGASCAR)

dimanche 9 février 2014, par AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique

COMPTE RENDU DE LA MISSION « AIDE AUX PÊCHEURS PLONGEURS » DU 13 AU 20 DECEMBRE 2013 A RAMENA, PROVINCE D’ANTSIRANANA (DIEGO-SUAREZ) MADAGASCAR. DANS LE CADRE DU PROGRAMME « BULLES SOLID’AIR A MADAGASCAR – DECEMBRE 2013 ».

L’AFEPS a été sollicitée par l’association GRAND AIR (association sportive universitaire qui agit en continuité du service des sports de l’Université de La RÉUNION). C’est l’association Plongeurs du Monde (notre partenaire au Vietnam pour le programme " Aide aux Pêcheurs-Plongeurs " "APP") qui nous avait mis en contact.

Cette mission APP a pour programme :

- De former le groupe de l’association GRAND AIR au secourisme adapté à la plongée et, tout particulièrement, à la RTI (Recompression thérapeutique par immersion).

- De former des pêcheurs plongeurs locaux volontaires, au secourisme adapté à la plongée, et, tout particulièrement, à la RTI.

- De fournir un équipement de RTI, financé par l’association GRAND AIR et le club MADASCAPH (structure plongée partenaire qui nous accueille). Ce matériel a été laissé au club local.

- L’association Grand’Air se chargeant de la formation des Malgaches au PE12 (plongeur encadré à 12 m), dans le but de poursuivre leur formation par la suite pour aller vers l’autonomie, puis l’encadrement.

Les partenaires principaux  :

Association GRAND’AIR, Université de La Réunion, Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives.

UNIVERSITÉ DE LA RÉUNION Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives, Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes

MADASCAPH : Club de plongée Plage de RAMENA Nord

AFEPS Programme « AIDE AUX PÊCHEURS PLONGEURS »

Les objectifs de GRAND’AIR :

- Objectifs solidaires : formation de plongeurs locaux dans la perspective de créations d’emplois à long terme.

- Objectifs sportifs : enrichir l’expérience des étudiants réunionnais et les inciter à aller vers l’encadrement dans l’activité plongée. Former des plongeurs malgaches.

-  Objectifs en termes de santé : formation de plongeurs secouristes. La plongée à l’air, en grande profondeur, dans le cadre d’une pêche intensive des holothuries, entraîne énormément d’accidents souvent très graves, compte tenu du matériel utilisé et de techniques employées à Madagascar. L’AFEPS proposera une formation à la RTI.

- Objectifs environnementaux : étude, à minima, de la faisabilité de l’élevage des holothuries ; recherche de pistes permettant la gestion des ressources disponibles. Projet AFEPS en cours d’élaboration.

- Objectifs en termes de citoyenneté : ce stage et son organisation vont nécessiter une réelle implication de ses participants qui devront, chacun, assumer une partie du projet et de son financement.

Les participants :

Association GRAND’AIR : Cinq encadrants. Onze étudiants plongeurs.

AFEPS : le coordinateur du programme « Aide aux pêcheurs plongeurs ».(DIU médecine de plongée, moniteur de plongée E3, moniteur de premier secours).

Déroulement de la mission

Elle a eu lieu du 13 au 19 décembre 2013. Plusieurs groupes d’étudiants sont constitués :

- les uns étaient en plongée : les plongées ont lieu en général dans la grande passe. Elles sont toujours très appréciées car il y a beaucoup de faune et de flore à voir : tortues, raies, mérous, requins etc.

- d’autres étaient en formation au secourisme.

- Plongée de nuit organisée pour les étudiants.

- un groupe de huit jeunes pêcheurs plongeurs malgaches en apnée se présentent pour être formés à la plongée bouteille. Les cadres et les étudiants participent à cette formation.

Ces jeunes malgaches souhaitent apprendre la plongée bouteille pour pouvoir faire de l’encadrement de touristes en plongée. Il semble aussi que cet apprentissage puisse servir ensuite pour pêcher avec les bouteilles :ces jeunes formés sauront, au moins, comment prévenir les accidents et ils pourront, éventuellement, l’apprendre aux autres pêcheurs plongeurs.

- six plongeurs malgaches se présentent également pour la formation au secourisme en plongée. Avec l’aide des étudiants ils sont accueillis et formés aux bases du secourisme.

- Il était prévu de faire une formation au secourisme en plongée aux plongeurs « bouteille » de RAMENA : ils ne sont pas sortis en mer et ils sont sur la plage. Toutefois aucun ne se présentera. Ont-ils eu peur de la police maritime ? Ils peuvent penser que nous leur tendons un piège ...

Ces plongeurs « bouteille » sortent sur des embarcations non pontées. Ils ont une stab qui tient leur bouteille et un manomètre. Ils consomment en moyenne 4 à 5 bouteilles de 12 litres chacun par jour. Ils plongent dans la zone des 40 mètres pour ramasser des holothuries. Ils disent faire des paliers à 6 et 3 mètres mais ils semblent n’avoir ni montre ni profondimètre.

Accident de plongée

En cours de séjour nous apprenons que, le jour de notre arrivée, il y a eu un accident de plongée dans la baie des Sakalava (à l’extrême Est sur la carte). Les encadrants malgaches du club de plongée parlent d’un groupe de 12 pêcheurs plongeurs qui ramassaient des holothuries dans la zone des 40 mètres. Ils parlent de 6 morts : les ramasseurs d’holothuries viennent dans le nord, pendant cette saison, car il y a beaucoup d’holothuries dans cette baie et les conditions de plongée, dans le sud, ne sont pas bonnes. Ils ne veulent pas nous parler de cet accident car, disent-ils, les plongeurs accidentés n’avaient pas d’autorisation pour plonger. Il semble que les équipements (bouteilles) nécessitent un agrément qui coûte trop cher aux patrons. Ceux-ci préfèrent organiser les plongées sans autorisation ! Ils sont autorisés à pêcher en apnée.

Quelques informations seront recueillis sur cet accident par notre responsable qui est abordé, en descendant seul à la plage, par un homme qui demande si l’on peut faire quelque chose pour son beau-frère : celui-ci faisait partie des pêcheurs plongeurs accidentés dans la baie des Sakalava. En fait, ils étaient dix pêcheurs plongeurs à la bouteille. Ils plongeaient dans la zone des 40 mètres pour ramasser des holothuries. Un des PP n’est pas remonté et ils ne l’ont pas retrouvé. Un autre (son beau-frère) est paralysé des membres inférieurs. C’est un père de famille de 29 ans, domicilié à Diego.

Malheureusement, on ne peut rien faire pour lui, car cela fait déjà quatre jours que l’accident a eu lieu, mais il aurait été intéressant de lui parler pour savoir dans quelles circonstances cet accident a eu lieu. En fait, le plongeur accidenté n’a pas voulu en parler parce qu’il a honte de ce qui lui est arrivé…

Conclusions

I - Au niveau de la formation au secourisme adapté à la plongée :

- Nous n’avons constaté une faible motivation des autorités locales

- Il semble qu’il y a peu de motivation, ou alors, trop de crainte chez les pêcheurs plongeurs qui exercent pour un patron, mais qui plongent avec un matériel non agréé et dans une totale illégalité.

- Le plongeur accidenté de Diego n’a pas voulu nous rencontrer. Nous n’avons donc pas pu connaître les circonstances de cet accident qui a fait un mort et un paralysé. Il semble se confirmer que les accidents sont nombreux.

- Il y a, sans doute, plus de pêcheurs plongeurs bouteille à Diego et à Nosy Bé. Pour l’instant, il n’y aurait qu’une équipe à Ramena et une deuxième est en formation. De toute façon, ce type de pêche va se développer…

- Il serait très utile de poursuivre les investigations à plusieurs niveaux tant à Diego qu’à Saint -Denis-de-la-Réunion (ville jumelée avec Diego) avec les autorités malgaches et françaises : mairie, représentants CG29 ou consulaire

Nous pouvons apporter une réponse au problème des accidents de plongée de la population de pêcheurs-plongeurs, mais il faut arriver à les contacter sans leur nuire.

II - Au niveau de la formation à la plongée bouteille par l’association GRAND’AIR :

- Cette mission semble avoir eu beaucoup de succès auprès de la population des pêcheurs en apnée du village de Ramena. Quatorze ont participé à cette initiation à la plongée. La formation a permis la validation de 8 « Plongeur Encadré à 12m » (PE12) et tous voudraient poursuivre.

- Même si les plongeurs utilisent la bouteille pour pêcher, ils ont acquis des connaissances qui permettront d’éviter les accidents. De plus, ils savent que le responsable de « MADASCAPH » possède un KIT de RTI ; ils savent ce qu’est la RTI et donc ils pourront diffuser leurs connaissances techniques aux autres pêcheurs plongeurs.

- L’organisation de ce stage de formation a été complexe et merveilleusement efficace. Malgré les aléas divers : « tourista » chez la quasi totalité des participants !, respect difficile des horaires par les jeunes malgaches, tout a pu se dérouler parfaitement. Les étudiants de l’Université de la Réunion se sont montrés disciplinés, chaleureux avec les jeunes plongeurs malgaches et ils ont su prendre en charge la complexité matérielle des diverses plongées.

Nous remercions le Président et les membres de l’association GRAND’AIR de nous avoir invité à participer à ce stage plein d’enseignements pour nous tous.

Perspectives

Nous poursuivons notre coopération avec l’association Grand’Air pour la formation au secourisme, à la prévention des accidents de plongée et à la RTI

Parallèlement dans le cadre du programme " Aide aux Pêcheurs-plongeurs" et pour aider à la reconversion des plongeurs handicapés, nous venons de mettre en place un comité scientifique pour évaluer la possibilité de créer une coopérative de formation et de production aquacole d’holothuries. Nous espérons pouvoir dégager les premières pistes d’intervention dans les six mois.

infos portfolio