Accueil du site > Associations > AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique : Association francophone d’entraide et de (...) > MAROC : Mission mai 2014

MAROC : Mission mai 2014

mercredi 2 juillet 2014, par AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique

Une mission AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique, composée de deux membres s’est rendue au Maroc, par voie routière, via l’Espagne, avec le fourgon J5 de l’association, du 13 mai au 4 juin 2014.

Buts de la mission

Apporter du matériel para médical, faire le bilan de nos actions et définir les perspectives de coopération avec les associations marocaines partenaires.

Déroulement

AL HOCEÏMA

I – La douane . Nous sommes bloqués à la douane de Nador : il manque un document, le chef douanier est en week-end, le fourgon est séquestré deux jours.

Nous pouvons importer au Maroc tout le matériel embarqué sauf les vestes, parkas et pantalons de pompiers qualifiés de "friperie". L’association bénéficiaire pourra les récupérer pendant 2 mois si elle obtient les documents nécessaires

JPEG - 2.8 Mo
Débarquement de la "friperie"

Tout le matériel paramédical (12 fauteuils roulants dont un électrique, scooter électrique, déambulateurs, cannes canadiennes etc... ) a pu être donné sans problème à l’Acrascas et a même commencé à être distribué en notre présence.

II - Acrascas . Nous avons tenu une réunion de travail avec 7 membres du bureau de l’Acrascas.( Association Chabab Rif Alhoceima de Sport, Culture et Affaires sociales)

a- Bilan

Tout le matériel que nous avons donné en novembre 2013 a été apprécié et totalement distribué soit à des particuliers nécessiteux soit à des institutions ( prison, foyer d’accueil pour patients en cours de traitement pour cancers, maison pour personnes âgées). La liste des bénéficiaires est disponible et les documents efficacement tenus.

b- Décisions

Pour l’année 2014 nous prendrons en charge (partiellement ou en totalité selon le prévisionnel) les activités sportives organisées par l’Acrascas au profit des enfants handicapés. L’association nous adressera un projet détaillé avec budget prévisionnel.

La formation aux diplômes internationaux de plongée-loisir, initiée par l’Afeps et réalisée par Plongeurs du Monde se poursuivra : prochaine session en septembre.

Nous alimenterons, en fonction des demandes et de nos moyens , un « fonds de solidarité Santé » pour aider aux financements de traitements coûteux et indispensables de malades sans ressources. L’Acrascas étudiera avec les médecins locaux (hospitaliers ou santé publique) si une action prioritaire de prévention peut être développée au profit des populations défavorisées d’Al Hoceima ; dans cette hypothèse l’Afeps lors d’une prochaine mission étudiera les modalités d’une aide sur ce projet.

MIDELT ET TATIOUINE

I- Midelt -Monastère de Notre-Dame de l’Atlas . Nous remettons aux moines un article que nous avons rédigé pour l’Encyclopédie du Mouvement national de la Résistance et de l’Armée de Libération du Maroc. Cet article intitulé « Père Albert Peyriguère , l’ermite de El Kebab » prend place dans le tome II « Les Français libéraux et les amis du Maroc ». Nous en avions parlé en mai 2012 avec le père prieur qui nous avait encouragé à écrire cet article …. pour lequel nous l’avions sollicité !

II - Midelt - Association « le chemin pour la vie » centre pour handicapés mentaux. L’Afeps avait participé avec une association belge à la création du premier centre.

Depuis deux ans et demi, la fondation Mohammed V a construit un centre pouvant accueillir 48 enfants (24 actuellement) sans mettre à disposition les ressources nécessaires à son fonctionnement. La pérennité du centre n’est pas assuré. Nous n’envisageons pas d’aide financière.

III - Les pompiers de Midelt. Don de cagoules anti-feu. les pompiers sont sont à priori intéressés par du matériel et des véhicules. Le commandant de la brigade, absent lors de notre passage, doit nous recontacter ….

IV - Tatiouine - Dispensaire et jardin d’enfants des sœurs franciscaines

a- Bilan

Le jardin d’enfants fonctionne tous les jours pour une douzaine d’enfants – davantage quand l’instituteur ne vient pas assurer les cours à l’école du village. Il est utilisé en été comme centre « aéré ». Une chambre permet d’accueillir temporairement une ou deux jeunes filles venant en soin. Nous avions contribué lors de notre passage en mai 2012 au financement des derniers travaux.

Le dispensaire, bien équipé et bien pourvu en médicaments est en attente d’un 2ème infirmier.

b- Décisions

Nouvelle action : don pour le financement d’une formation informatique d’un jeune du village, amputé d’un bras suite à un accident. Cette formation devrait lui permettre de trouver un emploi.

Nous pourrons éventuellement participer à l’amélioration de l’alimentation en eau du dispensaire lorsque le projet sera définitivement arrêté.

JPEG - 3 Mo
salle de classe au jardin d’enfants

FÈS ET SEFROU

I - A Sefrou- Association « Club de la Femme ». Après 6 années de soutien nous avons cessé d’aider cette association il y a près d’un an : les termes de la convention n’étaient plus respectés et la situation des enfants abandonnés hébergés à l’hôpital se dégradait sans susciter beaucoup de réaction locale. Nous refusions de pérenniser une situation non satisfaisante et nous avons fait le pari que notre retrait obligerait à un réaménagement.

II - Sefrou- INDH . Apparemment la situation des enfants abandonnés est en cours d’évolution : nous avons rencontré le directeur pour Sefrou de l’INDH (Initiative nationale pour le développement humain). Une nouvelle association a pris en charge financièrement les enfants, a loué une maison et aurait obtenu du procureur l’autorisation de sortir les enfants de l’hôpital. Le directeur de l’INDH nous informera de l’évolution de la situation et nous étudierons, en fonction de nos autres engagements, si nous revenons à Sefrou.

III - A Fès- Visite au centre administratif du Croissant-Rouge marocain :les dons - souhaités - de matériel médical et de véhicules de plus de dix ans sont soumis à la décision de la direction nationale à Rabat qu’il nous faudra contacter

IV - A Fès- Don de lunettes, au médecin du dispensaire d’un quartier défavorisé (ouest de Fès) plus d’une centaine de paires de lunettes de vue qui seront réservées, après examen ophtalmologique et collaboration avec un opticien, aux malades pauvres de ce dispensaire.

TANGER

Association 100%Mamans dont le but est de prévenir l’abandon d’enfants et de favoriser la réinsertion sociale des mères célibataires.

Nous finançons depuis le 1er janvier 2014, le salaire complet (avec charges sociales) d’une éducatrice de la crèche qui permet aux mères célibataires de chercher un emploi et de travailler en confiant leur enfant à la crèche.

Une réunion de travail a lieu au siège de l’association et de la crèche.

La présidente nous présente le nouveau projet : un tremplin pour l’emploi mis en place avec la fondation suisse Drosos. Il s’agit d’un dispositif de formation-insertion où l’association va développer des activités économiques, dans des conditions réelles, pour employer des mamans et les préparer au marché du travail.

Trois activités ont été retenues : la confection, prolongement de l’atelier 100% Bijoux déjà en place, la cuisine dans le cadre d’un atelier de traiteur, et le service professionnalisé à domicile, tel que le ménage, le baby sitting, aide aux personnes âgées ,etc... Dans ces trois domaines 100% Mamans assurera en parallèle : la formation des mamans, l’activité de production, la commercialisation des produits et services.

Conclusion

Une nouvelle mission en fourgon, pour amener du matériel toujours très apprécié au Maroc, s’achève. Nous nous posons la question de poursuivre ce type de mission de transport de matériel compte tenu du coût .

Peut-on réduire les coûts ? Un transport groupé – plusieurs associations - pour remplir un camion ou un container serait à priori moins dispendieux mais pose des problèmes de coordination au départ et à l’arrivée pour que chacun vienne récupérer son matériel.

Le coût réel du transport du matériel en fourgon peut aussi être relativisé car une mission de deux personnes par avion et la location d’un véhicule sur place a aussi un coût. Selon la valeur du matériel emmené l’option fourgon peut être acceptable.

Reste une autre inconnue : l’attitude des marocains quant à l’importation de matériel et éventuellement de véhicules en franchise de douanes.

Nous avons quelques mois pour chercher la meilleure solution … du moment !

JPEG - 4.1 Mo
Des Bretons chez les Berbères