Accueil du site > Associations > AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique : Association francophone d’entraide et de (...) > Fin des travaux du canal de Trung Lôc. Projet soutenu par la ville de Brest (...)

Fin des travaux du canal de Trung Lôc. Projet soutenu par la ville de Brest et le Conseil général du Finistère.

vendredi 10 janvier 2014, par AFEPS-Bretagne-Manche-Atlantique

Après quelques péripéties (changement de tracé et de hameau) dont nous vous avons informé dans des précédents courriers la réalisation du canal est effective et les paysans du hameau 17 pourront à l’avenir faire deux récoltes de riz par an.

Notre déléguée sur place, une franco-vietnamienne, membre de l’Afeps, a assuré les relations avec les autorités , les paysans et la surveillance régulière des travaux. Son rôle s’est avéré primordial.

Fin juillet, les paysans du hameau 17 de Trung Loc, nouveaux bénéficiaires du projet débutent le creusement de la tranchée. Ce travail se révèle plus difficile et plus long que prévu initialement car le terrain est très sec (pluviométrie faible depuis avril) et le dénivelé de terrain exige, par endroits, une grande profondeur .

La construction du canal n’a pas posé de problèmes techniques particuliers même si à une ou deux reprises notre représentante a dû demander de reprendre certains passages où le béton semblait « maigre ». Les acomptes, prévus au devis, sont versés après visites du chantier ( environ après la réalisation de chaque centaine de mètres).

Les difficultés ont été davantage relationnelles et des pressions importantes ont été exercées sur notre représentante par de petits responsables du hameau 15 ( où devait initialement être creusé le canal) qui ne pouvaient comprendre qu’on puisse travailler bénévolement ; estimant, à tort, que notre déléguée était payée, ils exigeaient leur part !

Ils ont tenté aussi de faire pression sur certains propriétaires des champs traversés dans le hameau 17 pour qu’ils dénoncent la convention qu’ils avaient signé avec nous : autorisation de passage sur leur terrain sans indemnité financière mais en échange de la mise en place d’un « piquage » leur permettant l’accès à l’eau pour leur cultures vivrières.

La rigueur et l’intransigeance de notre déléguée ont permis de mener à bien la réalisation de ce canal. Les paysans et les autorités du district l’ont félicité pour sa fermeté.

Les paysans du hameau 15 de Trung Loc ont, eux, été déçus du refus par les autorités provinciales d’autoriser la construction du canal sur leur secteur. Nous avons décidé, à titre de compensation très partielle, d’aider les familles les plus pauvres du hameau. Notre représentante a remis à ces familles, au siège du Comité populaire, des fournitures scolaires et une aide alimentaire .

Conclusions

La réception des travaux a eu lieu le 31 août 2013 par les paysans, le Comité populaire de Qué Minh, l’entrepreneur, et les deux représentants de l’Afeps. .

Nous avons pu mener à bien ce projet grâce à la détermination de notre représentante à Qué Son. Un tel projet n’aurait pas été possible sans une surveillance régulière et rigoureuse. Nous savions que nous aurions sur le terrain, quasi en permanence un responsable connu de nous, c’est pour cette raison que nous avons accepté ce projet. Pendant les absences de notre représentante, un ami vietnamien, ingénieur en hydraulique, a assuré bénévolement les visites du chantier.

Les essais de mise en eau ont été concluants tant au niveau de la qualité de l’ouvrage que du débit possible. Les terrains traversés bénéficieront d’une irrigation supplémentaire permettant davantage de cultures vivrières. Les effets positifs pour les rizières seront appréciés l’an prochain car le canal a été terminé au moment du début de la saison des pluies.

L’entretien de l’ouvrage sera assuré par les paysans eux-mêmes, ils sont les plus concernés par le bon fonctionnement du canal. Ils considèrent que cette construction améliorera nettement leurs conditions de vie et permettra à leurs enfants de bénéficier d’ une scolarité plus régulière.

Nous sommes à la recherche d’un ingénieur ou d’un technicien agricole qui puisse piloter efficacement l’essai de riziculture intensive. Nous attendrons de trouver la bonne personne avant de commencer, pour éviter un échec qui compromettrait l’essai.

Nous remercions à nouveau la ville de Brest et le Conseil général du Finistère. Leur aide financière a été déterminante dans la réussite de ce projet.

infos portfolio